samedi 28 juillet 2012

La Galerie (1ère partie sur 3)

Nous sommes en 1883, et comme chaque samedi, vous arrivez en fin de matinée au Café de la Régence.
Là après un repas léger, vous demandez au garçon si votre adversaire habituel est arrivé.
« Oui, Monsieur, il vient d’arriver et je vous apporte un échiquier dans la salle d’échecs ».
Vous vous levez pour aller vous installer dans la salle d’échecsmagnifiquement ornée.
Votre adversaire habituel est là. Votre niveau est sensiblement le même que lui, et vous jouerez donc à but.
Pas de pendule pour limiter votre temps de réflexion elles sont encore très rare, mais de toute façon chacun jouera à un rythme convenable, pour quoi faire une pendule ?
Mais un point important, vous sortez quelques pièces de votre porte-monnaie, votre adversaire fait de même. Ces quelques francs seront l’enjeu de la partie.
Alors que la partie va s’engager, quelques personnes s’approchent pour l’observer et éventuellement devenir votre futur adversaire pour certain.
Ces observateurs dont le nombre peut atteindre la dizaine en entourant votre table, il s’agit de la galerie.
Depuis des dizaines d’années, la galerie joue un rôle important à la Régence, on la retrouve dans ce tableau de la fin du 18èmesiècle.
En effet un vieux règlement lui confère un pouvoir d’arbitrage (article XXV) en cas de contestation… Il s’agit de curieux de passage, ou bien de vieux habitués dont le visage vous est plus ou moins familier.
Parfois leurs réflexions vous exaspèrent, car rien ne les empêche de parler tout au long de la partie en discutant du bien fondé de telle ou telle variante.

En tout cas Charles Joliet, romancier, contributeur de la revue « La Stratégie » et habitué du Café de la Régence, décide en 1883 d’écrire une petite pièce "de théâtre" en un acte à ce sujet.
La pièce « MAT » est éditée dans « La Stratégie » d’août 1883 et j’en reproduis dans les articles suivants l’intégralité du texte.
Il est facile d’imaginer que le texte correspond à un long travail d’écoute des joueurs et de la galerie du Café de la Régence. Les expressions les plus utilisées servent sans doute de trame à ces échanges verbaux surréalistes.
Quels sont les personnes caricaturées ? Là c’est un mystère difficile à percer car il faudrait se rendre dans le Café de la Régence de cette époque pour en avoir la réponse.
Par exemple, qui est GAUCHER ? Est-ce un jeu de mot avec le célèbre écuyer Henri Baucher qui fréquente alors le Café de la Régence ?   
LAMOMIE correspond à cette vieille histoire (légende ?) de l’homme marié qui ne parle jamais, observe toujours et n’entend rien du jeu d’échecs, mais qui depuis des années fréquente le café pour éviter le tête à tête avec sa femme dominatrice ! Cette histoire existe depuis très longtemps au Café de la Régence.

Le texte est assez long et je publierai donc celui-ci en deux articles.
Pour vous mettre en appétit voici la partie qui sert de trame au texte. 

[Event "Café de la Régence"]
[Date "1882.08.01"]
[White "Poussebois"]
[Black "Abdel-Albil"]
[Result "1-0"]
[ECO "C41"]
[PlyCount "45"]

1. Nc3 e5 2. Nf3 d6 3. d4 Nc6 4. d5 Nce7 5. e4 f5 6. Bg5 h6 7. Bh4 g5 8. Nxe5
dxe5 9. Qh5+ Kd7 10. Bxg5 Bg7 11. Bb5+ Kd6 12. Be3 f4 13. Bxf4 exf4 14. e5+ Kc5
15. Na4+ Kxb5 16. Qe2+ Kxa4 17. Qc4+ Ka5 18. b4+ Ka4 19. Qb3+ Kb5 20. a4+ Kb6
21. a5+ Kb5 22. c4+ Ka6 23. b5# 1-0

1 commentaire:

  1. m'a aidé d'un traducteur pour lire vos messages intéressants dédiés aux échecs régence café et d'autres articles connexes. salutations.

    http://aquenofunciona.blogspot.com/

    RépondreSupprimer