mardi 13 octobre 2015

Chapitre 10 – 1832 à 1840 La Gloire de La Bourdonnais

Contenu du chapitre 10

Louis-Philippe Roi des Français – Le Café de la Régence est très fréquenté – Galerie de portrait par Alphonse Delannoy – Le Club des Panoramas – Le défi par correspondance entre Paris et Londres – Le club de la rue de Ménars – Retour de Deschapelles aux échecs – Claude Vielle, le plus important des propriétaires du Café de la Régence – La Bourdonnais sur les traces de Philidor – L’automate turc orphelin : décès de Mouret et de Maëlzel – Fin du cercle de la rue de Ménars et retour au Café de la Régence des plus forts joueurs d’échecs – Décès de La Bourdonnais

Illustration du livre Les Français peints par eux-mêmes - Paris, 1840
Le Cercle des échecs de la rue de Ménars

Huit années durant lesquelles La Bourdonnais s'imposent comme le meilleur joueur d'échecs du monde en battant Mac Donnell à Londres dans une longue série de matchs en 1834.
Le même La Bourdonnais qui crée la première revue entièrement consacrée au jeu d'échecs : Le Palamède en 1836.

C'est peut-être ces voyages à Londres qui incite La Bourdonnais à créer un cercle des échecs sur le modèle des clubs anglais. Une partie des joueurs du Café de la Régence souhaitent trouver un lieu plus propice qu'un café bruyant pour s'adonner à leur passion.
A cette époque une première tentative est faite par Aaron Alexandre au Café de l'échiquier près de la Bourse de Paris. Nouvelle tentative près du passage des Panoramas avec le club des Panoramas qui ne résistent pas très longtemps au loyer et au bruit des concerts Mussard, puis les joueurs d'échecs s'installent rue de Ménars...

Mais c'est un échec, et la revue Le Palamède de 1839 nous indique :

"Les amateurs d’échecs sont aujourd’hui, grâce à cette dissolution(*), comme les enfants d’Israël, un peu disséminés partout.
(...)  il nous parait impossible que dans une ville comme Paris, un cercle des échecs ne puisse s’établir "
(*) Sous-entendu du Cercle des échecs de la rue de Ménars

Faute de réussir à réunir suffisamment de cotisations, la création d'un Cercle d'échecs parisien durable reste un échec durant cette période. Les joueurs d'échecs vont alors naturellement revenir au Café de la Régence en 1839. Un café qui n'a jamais cessé de recevoir les amateurs d'échecs.

Voici une des parties jouées par La Bourdonnais contre Mac Donnell à Londres en 1834 (pour visualiser la partie il vous faut un lecteur d'Adobe Flash).
La position finale est assez originale. Notez le style de jeu très dynamique de La Bourdonnais.

MacDonnell / La Bourdonnais - Londres, 1834 - 4ème match - 16ème partie.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire